Sophie Bachelier

 
OBJECTIF VIEILLESSE

OBJECTIF VIEILLESSE ©Sophie Bachelier, 2017

OBJECTIF VIEILLESSE
Galerie SOPHOT

« Difficile de se retrouver avec un appareil photo devant ces hommes et ces femmes qui n’ont plus leur pleine conscience. Nécessité absolue de l’existence d’un contact, d’un lien, d’un sourire, d’une connivence, pour les photographier.
Au départ, je ne sais pas où me placer, je me sens de trop avec mon appareil. Je suis d’abord « autour » du groupe, extérieure. Je cherche la bonne distance. Le cercle se rétrécit au fur et à mesure des visites, du temps qui passe. Une femme, Maria DEVERS m’appelle « la Polonaise » parce que je lui ai dit que j’avais de la famille en Pologne, comme elle. Elle s’accroche à ça, elle le répète, en est heureuse. Au moment où ma cousine Caroline Weiss de Diesbach, alias le clown Vroum, de la compagnie Tecem, me propose de photographier son travail avec Cédric Castagne, alias le clown Adonus, auprès de personnes atteintes d’Alzheimer, je vis en Tunisie. Je tourne un film à Choucha, un camp de réfugiés de la guerre Libyenne.
J’ai toujours aimé le travail de Caroline, sa démarche sensible et poétique. J’accepte. Je viendrai donc une fois par mois.
Je photographie Vroum en train de repousser les limites. Elle fait danser, virevolter, chanter ces femmes et ces hommes, parfois partis dans un monde qu’eux seuls savent reconnaître. J’ai peur qu’ils se cassent, qu’ils se perdent ! Mais non, ils valsent, s’encanaillent, s’ancrent dans l’instant, rient aux éclats, retrouvent leur souplesse et leur répertoire de jeunesse avec une émotion communicative. Transformation.
Les corps se délient, s’ouvrent, se réinventent, s’animent. J’entre dans le cercle, happée par la magie, je danse avec eux, chante avec eux, ris avec eux, et appuie sur le déclencheur. Je suis à la fois dedans et dehors. Parfois je ne sais plus trop où. Ils aiment tant le contact physique, à croire qu’on ne les touche plus – cette solitude du grand âge et de la maladie. Je tente de capturer ces instants où les corps entrent en contact. Où les regards se parlent, là où les mots sont inefficaces.
Lorsque nous les quittons, ils sont souriants, les yeux pétillants. Ils sont animés, au sens physique du terme, ces visages ont récupéré leur part d’humanité». Sophie Bachelier

Depuis quelques années, la compagnie Tecem propose des spectacles déambulatoires et participatifs au sein d’établissements hospitaliers, d’EHPAD et d’accueils de jour dans une volonté d’aller à la rencontre de personnes âgées qui ne se déplacent plus, ou presque plus. Ces photographies ont été réalisées au cours de l’année 2013 au sein de l’accueil de jour les Balkans, Paris 20e , dont nous remercions ici l’équipe : Amélie Lartaud, Zoubida Belaïd, Carla Tomas, Gerty Van Damme, Laurène Guinement, Mata Dembelé et Jeanne Tseng King. Nous remercions également chaleureusement les patients et leur famille qui nous ont accordés les autorisations de photographier : Eliane Benel, Rosine Chabrerie, Maria Devers, Germaine Houbron, Jean Betrom, Yogaratnam Kanapathipillai, Jean Vaillant, Michel Champalou, Liliane Pascua, Chafik Aït-Ahmed, Claude Chazelon, Marie Thérèse Jourdain.

Ce projet a été soutenu par : - L’accueil de jour les Balkans - la DASES ville de Paris - la Fondation AG2R - La Mondiale - la Compagnie Tecem

©2009 Sophie Bachelier Tous droits réservés ― Webmaster :  Jean-Marc Gobat