Sophie Bachelier

 
Dans l\'atelier de Karel Appel, Monaco

Dans l\'atelier de Karel Appel, Monaco ©sb, 1984

Karel Appel, peintre du mouvement COBRA, Frédéric de Towarnicki
conversation, Monaco, 1984

Frédéric de Towarnicki, écrivain, philosophe passait régulièrement des vacances dans notre maison de Vence. Il m'a un jour demandé si je voulais bien l'accompagner à Monaco dans l'atelier de Karel Appel pour faire des portraits du grand maître pendant qu'il s'entretiendrait avec lui. J'avais 20 ans, j'étais étudiante à la Villa Arson de Nice. Je voulais devenir photographe. J'ai sauté de joie. Nous sommes arrivés dans ce magnifique et lumineux atelier d'un grand immeuble moderne, et les entretiens enregistrés ont débuté. J'ai commencé à photographier l'homme. Il était grand et imposant, d'une très forte personnalité, très expressif. J'étais très impressionnée. J'avais commencé de le photographier quand je remarquais une vilaine tâche de gras sur son tee-shirt. Au bout d'un moment, j'osais lui demander : « il y a une tâche là ! ça ne vous gêne pas pour les photos ? ». Il m'a regardé d'un air bourru, a éclaté de rire, et m'a dit : « Non, au contraire, cette tache doit être sur les photos. » J'étais subjuguée par ses immenses toiles d'une incroyable force, et aussi par la magnifique collection de masques africains accrochée le long du mur de l'atelier. Ce fût une journée lumineuse.

Nous sommes en avril 2011, je retrouve le contenu de cet entretien dont voici certains fragments.

Karel Appel
Aujourd'hui, le véritable enjeu pourrait bien être l'avenir de notre planète que nous sommes en train de saccager. Nous agissons comme si les galaxies tournaient autour de l'homme. J'ai dit un jour que la matière n'était sans doute pas là pour être possédée, mais transformée... Au delà de la barbarie mentale et technique qui nous guette, un savoir nouveau, plus original est à trouver. La création artistique, la peinture, modestement, y contribuent.

In "Propos en liberté de Karel Appel" avec Frédéric de Towarnicki. Edition Galilée, 1985.


©2009 Sophie Bachelier Tous droits réservés ― Webmaster :  Jean-Marc Gobat